Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

8 mars 2007 4 08 /03 /mars /2007 10:19

Pour fertiliser les terres il était d'usage autrefois de procéder au brulage des mauvaises herbes, des restants de pailles encore sur le terrain des anciennes récoltes et d'obtenir ainsi à peu de frais un engrais naturel, ce procédé est l'écobuage. Mais il ne devait se réaliser qu'avec beaucoup de précautions et de surveillance et par temps favorable.

"Monitoire de Me Chevalier procureur fiscal de Pornic         13 xbre 1719

Mathieu Gautron de la baste etc.

De la part de me. Gilles Chevalier procureur fiscal au siège du duché de Rez, pairie de france a pornic, suivant la permission lui accordée par Mr. le Senechal de la juridiction du marquisat de la Guerche le 18 9bre dernier en execution d'un arrest de la cour du Ve dudit mois.

Se complaignant a ceux et  celles qui scavent et on congnoissance que le 7e 8bre dernier, quelques particuliers s'ingererent sur les dix heures du matin ou environ de mettre le feu exprès en le dessein prémedité dans le marais depandant de la maison des Morandières en la paroisse des St pere en rez pour y bruler les jonchées, boures, rouches et mottes qui estoient dedans et avoient desseiché par la chaleur de l'esté dernier.

Item que lesdits particuliers avoient esté chargé de mettre le feu ainsi dans ledit marais par l'ordre qu'ils en avoient receu de gens qui avoient le pouvoir de les commander, sans faire attention alors que le vent estant du coin de lorient, tres fort et impetueux, tout estoit a craindre pour ceux qui estoient au dessous vers loccident, aussi bien pour les matairies qui sont sittuées au septentrion et au midy desdits marais et qui en font les rivages.

A ceux et celles qui scavent et on congnoissance que le marais qui sapellent ordinairement les marais de la Gignais ont pres de deux lieux de longueur qui en hiver sont couvert d'eau mais qui au printemps se dessechent par les ouvertures ... faites à la coste par ou elles s'ecoulent et par les chaleurs de lesté dans lequel temps ils produisent des jonchées et des boures dont on se sert pour couvrir les sols quand ils sont sur les tesseliers et les rousses qui servent a couvrir les maisons de la campagne et dont les proprietaires des marais tirent des profits fort considérables.

Item que ceux et celles qui scavent et ont congnoissance que lexposant qui possede la metairie de la Riverais contigue et joignant ledit lieu des Morandières c'est trouvé le plus maltraité dans cette incendie par ce que toute la force du feu s'est jettée dans ses marais cotoyant vers loccident ceux ou on l'avoit mis, de sorte que tous les marais du complaignant dependant de ladite metairie a la longueur de pres dun quart de lieu ont esté bruslés, non pas seulement dans les boures, jonchées, rouches et mottes, mais encore a plus de deux pieds en terre, en sorte qu'ils sont hors d'estat d'en produire de longtemps.

Pareilles a ceux qui scavent et ont congnoissance que ledit incendie a entierement bruslé un pré de l'exposant sur le bas desdits marais et dependant de laditte metairie de la Riverais, contenant dix neuf boixellées, nomé le pré du Penitreau qui de dix années une commune lui prodisoit des chartées de bon foin et ce qui estre important cest qu'il est brulé de plus de deux pieds en terre et lon ni scavoit entrer que l'on ne tombe jusque a la ceinture dans les cendres et de quinze ans il ni a pas lieu d'esperer qu'il produise aucune herbe.

A ces causes  etc.  A Nantes le 13 xbre 1719."

Source : ADLA

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires