Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

8 mars 2007 4 08 /03 /mars /2007 09:36

Sous l'Ancien Régime, lorsque une affaire de police ne pouvait aboutir faute de renseignements suffisants, au prône de la grande messe, il était fait lecture d'un monitoire pour obtenir des informations de la population de la paroisse.

"Monitoire de Me. Chevalier, procureur fiscal a Pornic,      Octobre 1719

Mathieu Gautron etc.                                    A tous prestres etc.

De la part de n. h. Gilles Chevalier, sr. de grand Ville, suivant la permission luy octroyée par Mr. le Senechal du Duché de Rays a Pornic le 23 7bre dernier.

Se complaignant à ceux et celles qui scavent et ont connoissance que plusieurs personnes chassent journellement le matin et le soir avec le fuzil et dans des lieux ecartés de la paroisse de la Plenne, pour n'estre point veues de qui que ce soit crainte d'estre entrepries.

A ceux et celles etc. [qui scavent] que les pigeons de la fuye du grand Bois Roux qui est la seule qui soit dans laditte paroisse de La Plenne volants dans ces lieux ecartés sont tirés a coup de fuzils en l'air et à terre par lesdits particuliers, qu'ils tuent, emportent et mangent.

A ceux et celles qui scavent davoir veu lesdits particuliers contre la prohibition de la Coutume et des Reglements, tirer sur lesdits pigeons, en avoir tué quelqu'uns et blessé les autres qui sont allé mourir dans laditte fuye.

A ces causes etc. Donné à Nantes le     8bre 1719"

Pour mémoire les gardes-coste étaient  tenus d'avoir en leur domicile un fusil et de la poudre suivant les règlements, mais il leur était interdit d'en faire usage en dehors du service, et surtout pour braconner.

Source ADLA

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires