Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

2 septembre 2006 6 02 /09 /septembre /2006 11:21

FRANCISQUE VENIER, gentilhomme vénitien, est arrivé en France dans le même temps qu'Albert de Gondy, gentilhomme florentin, vers le milieu ou le dernier quart du XVIe siècle.

 

Il est le fils de Sébastiano Venier (1496-1578) doge de Venise et l'un des vainqueurs de la bataille de Lépante sur les Turcs et de Cécilia Contarini.

 

Albert de Gondy, comte de Retz, puis duc en 1581, le pris à sa suite et lui confia des charges à Machecoul et sur tout le duché.

En effet, suivant les actes, nous le retrouvons  en :

-1577, Capitaine et gouverneur du château de Machecoul et du comté de Retz.

-1581, Gouverneur et entremetteur général pour les affaires de monseigneur le duc de Rays.

-1588, Capitaine et gouverneur général du duché de Rays.

-1594, Gouverneur et superintendant audit duché de Rays.

Francisque est allié à une illustre famille vénitienne qui donna trois doges à la République.

- Antonio VENIER, 1382-1400, au moment de son élection, il était capitaine de Candie; il acquit Corfou.

- Francesco VENIER, 1554-1556, fut un juriste éminent.

 - Sebastiano VENIER, 1577-1578, Capitaine général de la mer en 1570, il prit une part importante à la victoire de Lépante en 1571.

D'après les frappes monétaires des XIVe et XVIe siècle, nous relevons dans la titulature : VENERIO.

 

Ducat d'Antonio VENIER, 62° doge de Venise.

  

Sequin (zecchino) de Francesco, 81° doge.

Sequin (zecchino) de Sebastiano, 86° doge.

 

Leurs armoiries :                            

                                                                        "BURELE D'ARGENT ET DE GUEULES"

                                                             Armoirie de VENIER. d'après P. Potier de Courcy.

Il est à remarquer que seul le patronyme de "VENIER" est utilisé à Venise, tant au "Palais des Doges, que pour le "Palais Venier", la "calle Venier" etc. et dans toute l'Italie "VENIERO".

                                                                                   Armoiries des doges de Venise.

 Au bas d'un acte de 1580, nous avons pu relever sa signature :

                       

Noble homme Francisque Venier, fut seigneur de la Salle et de la Noue en la paroisse de "Notre-Dame de Fresnay" etc. En 1577, il acheta à René Tournemine la seigneurie de la Guerche en Sainte-Marie et en La Plaine, le 1er octobre 1580, la seigneurie de la Salle, à noble homme Guillaume de Lesrat, sieur de Lancrau et à Françoise Grignon son épouse.

Vers 1590; il épousa Jeanne de la Touche, dont il eut trois enfants : Claude, Marie et Antoinette.

En 1603, il était décédé.

CONCLUSION :

Aucun sceau de Francisque Venier n'a pu être trouvé pour l'instant pour justifier pleinement notre propos.

Pour sa noblesse,il prend cette qualité de noble dans différents actes, de messire en 1579, d'écuyer dans un acte passé avec "Claude Catherine de Clermont épouse de Monseigneur le mareschal de Rais" en 1590.

Pour mémoire, l'ancienne coutume de Bretagne donne la qualité de noble à ceux nommés "nobles gens", "noble homme", "noble femme" ou "damoiselle"

Pour Francisque Venier, il ne lui fut pas nécessaire de franciser son nom ni son prénom. Francisque vient du latin "franci", les francs, de même que Francesco.

Toutefois, le prénom de "François" fut donné à François Druays, futur sieur de la Noë en la Plaine et futur procureur fiscal du duché, pour une raison bien étonnante l'un de ses parrains n'est autre que " noble homme François Venyer, non marié (sic) ", baptisé à Pornic le  25 JUILLET 1566. C'est la seule francisation de ce prénom connue à ce jour pour Francisque Venier.

Dans une enquête menée au XVIIe ou XVIIIe à Machecoul, il est précisé : " Je croy que les lettres de naturalité se pourrait  rancontrer au greffe du présidial ou a celuy de la chambre des comptes ou apparament elles aurait esté enregistrées, car je ne les ay peu trouver en celuy de Machecou ou nous estions, cinq personnes à chercher dans tous les anciens registres."

Pour FRANCISCO VENIERO, assimilé par de nombreux auteurs à Francisque Venier, il ne parait donc pas avoir fait souche dans le pays de Retz.

Quant à BONAMY, propriétaire du Cendier au XVIIIe siècle, dont l'un des propriétaires au XXe siècle le déclarait d'origine italienne "BONNAMICI", là il y a une confusion avec Francesco BUONAMICI, patricien de Florence, chassé par les Médicis vers 1530 qui s'installera à Nantes comme médecin et fera souche à Joué.

BONAMY est un nom assez répandu dans le Pays de Retz : en 1427 une famille Bonamy est possessionnée de divers terres aux Moutiers, et un BONAMY, notaire, demeurant au Village des Bonamiz en la Plaine rend aveu au seigneur de la Muce, en 1582.

 

 

 Source ADLA et divers

 

  

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires