Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

31 juillet 2006 1 31 /07 /juillet /2006 14:40

DEPART POUR TERRE-NEUVE
PORNIC 1722

DIFFICULTES DE DERNIERE HEURE.

Pornic fut un port morutier très actif de la fin du XVIIe. siècle jusque vers 1730. Il déclina et même cessa cette activité en raison de l’ensablement et envasement du port

L’un des armateurs décède et crée ainsi un empêchement au départ et des contraintes juridiques.

Le capitaine et ses associés font appel à l’Amirauté pour obtenir une décision.

« 17 Mars 1722

A Messieurs tenant le Siège de l’Amirauté de Nantes

Supplient humblement les Sieurs Gilles Aubin, marchand-négotiant, et Estienne Giraud capitaine de navire nouvellement construit dans le havre de Pornit nommé le Sérieux, du port de quatre-vingt dix tonneaux* ou environ.

Disant que, dans la construction dudit navire, équipement et avitaillement d’iceluy, le sieur Mathurin Amoureux, marchand se seroit interessé pour une moittié suivant le billet fait en double entre ledit Aubin et luy le 14 février 1721. Depuis ce temps le dit Aubin en a cédé un huistttiesme de son intérrest audit Giraud et le dit Amoureux de son costé en a transporté au sieur Pierre Bretin marchand à Nantes un quart dans la sienne. Ce vaisseau étant prest à faire voile du havre dudit Pornit, pour aller à la rade du Collet parachever sa charge de sel pour l’entreprise du voyage du banc auquel il a été destiné pesché de la morue verte*. Le décès dudit Amoureux est arrivé et par consequend les supliants se trouvent dans une facheuse conjecture, les enfants qu’il a laissé sont mineurs, ils ne sont point pouveus et ne peuvent l’être de sitost, par ceque on travaille à faire émanciper ceux qui sont en age de l’estre par lettre de dispense de la Chancellerie du Parlement de cette province et à donner aux autres un tuteur par une convocation de parents, qui sont deux choses qui ne se peuvent consommer quelque diligence que le procureur fiscal de la juridiction puissent faire aussy promptement qu’il serait à souhaiter pour empescher le retardement d’un vaisseau prest à faire voile au premier temps favorable. Les supliants ont intérests de les éviter mais ils ne le peuvent faire sans s’exposer vers lesdits mineurs en cas qu’il arriveroit quelques accidents impréveus dans l’entreprise de ce voyage, Giraud qui est le capitaine, ne peut partir sans ordre, il peut l’avoir dudit Aubin et Brétin mais quand aux mineurs imporvus, personnes n’a qualité de le faire pour eux. Il ne seroit pas juste cependant que ce voyage fut retardé et qu’on attendit qu’ils fussent pourvus, pour avoir cette ordre de leurs curateur et tuteur. Il en pourroit mesme arriver un autre inconvenient qui est que l’équipage pourroit désemparer et demender des dédomagements. Outre si on estoit obligé d’attendre cela les curateur et tuteur pourroient jetter les supliants dans un autre retardement en demandant l’avis de leurs parents. Ce n’est point le reste du sel qui est à prendre qui consiste en six ou sept charges et quelques avituallement qui empeschent cette entreprise, mais bien un ordre de la faire, sans laquelle et sans se commettre ils ne peuvent et particulièrement ledit Giraud capitaine l’exécuter et comme il n’y a rien de plus éclairé et de plus privilégié que le commerce entre autre dans l’occasion qui se présente, Ils requièrent, ce considéré,

Messieurs qu’il vous plaise voir cy attaché le billet fait entre ledit Aubin et Amoureux ledit jour quinziesme fevrier 1721 et y ayant égard et à ce que devant, permettre audits supliants aux périls et fortunes des mineurs dudit Amoureux de prendre des sels et avituallements qui leurs restent à la rade dudit Collet à la grosse* sur le compte desdits mineurs autant qu’ils se trouveront intéressé si mieux il n’aiment, les fournir aussy bien que lesdits avituaillements, comme aussi de leur permettre de mettre ledit vaisseau à la voile aux premiers temps favorables pour l’entreprise dudit voyage en question, afin de tout mettre en règle et en sureté en cas de facheux évènements, réservant, passé qu’il y aura des curateur et tuteur institués de les appeler pour approuver lesdits ordres et arrester les comptes de la mise en dehors et autres leurs droits et feré bien.

Signé : G. Aubin, Bertin, Estienne Giraud, Mabille. »

Cette requête fut admise et présentée au procureur du roi.

« Veu la présente requete et le billet en double y anexé, je consens pour le Roy, que le navire en question soit achevé de charger, avittuaillé et expédié à la diligence des suppliants pour le voyage auquel il est destiné et ce à leurs risques, périls et fortunes sans préjudicier néantmoins de leurs droits et de ce ceux des mineurs. Conclu au parquet à Nantes le 19 mars 1722.

Signé : Delaclartièremerland. »

Cette décision fut confirmée dès le lendemain par le Lieutenant civil et criminel.

« Veu par nous Raoul Philippes Fourquer, escuyer, sieur de K/salio, conseiller du roy, lieutenant général civil et criminel du siège général de l’Amirauté de Nantes, la requête nous présentée par les sieurs Gilles Aubin, Bertin et Etienne Giraud intéressé et armateurs du navire le Sérieux du 19è mars présent mois avec le soit communiqué au pied au procureur du roy, les conclusions du procureur du roy dudit jour et le billet en double attaché à la ditte requette, avons permis aux supliants de faire sortie le navire le Sérieux de Bourgneuf*, de l’envoyer à sa destination à leurs risques et périls faisant néanmoins assurer l’intérest des mineurs et sans préjudicier de leur droit. A Nantes le 20 mars 1722.

Signé : R. P. Fourquer »

NOTES :
- 90 tonneaux : Navire de 16/17 mètres environ
- La charge de sel de Bourgneuf est égale à 4147 litres.
- Morue verte pêchée depuis le bord du bateau. Pour plus d’information, lire l’article de Catherine Vadon-Lebras, « Histoire de la pêche dans le pays de Retz », bulletin de la SHPR n° 17
- A la grosse ou mettre à la grosse aventure : prêter de l’argent à gros intérêts pour un commerce de mer et à condition de le perdre si le vaisseau ne revient pas
- Pornic dépendait du quartier de Bourgneuf.

Source :ADLA

Partager cet article

Repost 0

commentaires