Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

31 juillet 2006 1 31 /07 /juillet /2006 13:50

PROCES-VERBAL DE VISITE
DES JARDIN ET PARC DU
CHATEAU DE PORNIC
-------------

2 NOVEMBRE 1735

Ce jardin et parc aménagés par Henry de Gondy, duc de Retz au début du XVIIe étaient alors confiés à des maîtres- jardiniers. En 1651, Loys Louerat en avait la charge, en 1670 Jean Pasquier était le jardinier de Pierre de Gondi et en 1693, Pierre Giraudeau oeuvrait pour la Duchesse de Lesdiguières décédée en 1716. Par la suite sous les Neufville de Villeroy, ils furent affermés à différents particuliers.

Nous donnons ici un état des lieux établi lors d’un changement de fermier :

« L’an mil sept cents trante cinq, deux novembre, devant nous Nottaires du duché de Raits, Pairye de France, Résident a Pornit, sont comparus Jullien Biret, Maistre Thailleur de Pierre et masson, demeurant dans la Ville de Pornit, cy devant fermier des jardins et parc du Chasteau de Pornit et Jan Le Claine jardinier à présent fermier des dits jardins et parc, par adjudication faite a laudience dudit Pornit le trois novembre mil sept cents trante quatre, lesquels nous ont requis nous transporter dans ledit jardin pour y faire estat et procés verbal des réparations necessaire estres faittes au pavillon, portes, fenestre et portal dudit lieu, ou estant nous aurions trouvé Louis Jouet et Joseph Forton massons experts pris et choizyes amiablement par les partyes pour faire La Vizitte du tout. Ce quy a esté fait ainsy quy suit. Lesquelles nous ont raporté que La couverture dudit pavillon a besoin de quelques journés de couvreurs a ardoise pour plasser environ un quartron* pour en mettre dans les endroits ou il en manque, qu’au surplus qu’il est en bon et deub estat.

Il a esté remarque que le portal dentrée estant trop pezant avoit bessé de fasson que la petite porte nouvroit et fermoit quavec paine. Pour y remedier il a esté dit qu’il faut rellever les gennevelles* dudit portal et les repozér affin que la porte puisse avoir du jeu. Il y a audit portal un verouïl quy ne peut servir attendu quil est mal pozé. Les anneaux quy le tiennent, il faut les arracher et les repozér et comme ce nest pas une reparation quy ne regarde ledit Biret cy devant fermier, ny le fermier actuel, Noble homme Francois Réal, agent general des affaires de Monseigneur Le Duc de Ville Roy dans son duché de Raits, en presance de quy ledit Procés Verbal a esté fait, Laditte reparation du portal a estée faitte le mesme jour, a lexception dun crampon quy cert a fermer la Petitte Porte a cleff, quy y manque. Que ledit Biret sera tenu d’en faire mettre un neuff.

Comme il manque en quelque endroits du jardin dudit Chasteau de pornit quelques arbres, lesdits Biret et LeClaine sont convenus amiablement quil en faut posé Douze et comme ledit Biret en est tenu, ledit Biret a compté et payé reellement audit Le Claine soixante sols, parce quil se chargera de fournir et plasser lesdits arbres.

Ledit Le Claine ayant trois vaches et ny ayant dans lanceinte dudit jardin aucun endroits pour les loger et quil seroit obligé de les mettre dans la Chambre base dudit Pavillon, ce quy le gasteroit et luy feroit un tord considerable , il a pryé et requis ledit Sieur Real de voulloir luy faire construire un endroit pour les mettre a couvert pandant lyver. Ledit Sieur Real luy a repondu quil nestoit pas le Maistre de faire faire pareille augmentation, mais quil en ecriroit a Paris pour en avoir lagrement de Mondit Seigneur Le Duc de Ville Roy.

Detout quoy nous avons redigé et fait le procès verbal pour servir et valloir ce que de raison, ayant ledit Biret signé avecq ledit sieur Real. Lesdits Le Claine et experts ayant déclarés ne scavoir signer de ce enquis.

Signé : Real, iullien biret, Fourneau nre. et J. Fourneau nre. »

Le jardin de Rays et le Parc sont positionnés de la manière suivante sur l’aveu de 1675 :

« Ledit chasteau, composé d’antienne tours, ceintures et murailles, pont-levis, terrasses, maisons et douves avec une grande place au devant sur laquelle il y a une grange bastye et ediffiée, un jardin enfermé de murailles joignant ladite place vers soleil couchant contenant dix journaux* de terre ou environ, enfermé en partye de murailles avec quelques portions de ladite pièce plantée en vigne blanche et le reste en labour, appelé le Parc, joignant par endroits les terres de la Mestairie des Mousseaux. »

Le 9 décembre 1735, une quittance et décharge des réparations du jardin de Rays sera donné par Jean LeClesne (sic) à Jullien Birret (sic) pour une somme de six livres.

adla-pornic_7_034__ter.jpg     

                 "Le parc du château et le jardin de Retz en 1834"

Notes :
Quartron : A prendre dans le sens une certaine surface.
Gennevelles ou pentures : Bande de fer qui servent à soutenir les portes et les relient au gonds.
10 journeaux : environ 4 à 5 hectares

Source : ADLA

"le château de Pornic en 1845"

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

marie france loubaud 16/03/2012 18:05


merci pour ces informations. Une descendante de la famille Lebreton proprietaire du chateau de 1824 à1886