Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

10 avril 2008 4 10 /04 /avril /2008 11:28

F.-J. Carou nous raconte, avec vigueur dans son ouvrage « Histoire de Pornic », la dernière bataille du 27 mars 1793.

 

Pour compléter les informations contenues dans ce livre, nous transcrivons ci-après le texte inscrit dans le registre des Délibérations de la municipalité, le lendemain de ce jour, nous apportant de nouvelles précisions sur le nombre de canons engagés, de batailles que Pornic subira durant cette période, et qui rectifieront le nom du tireur posté à la Touche « Olivier Ernaud » et non Renaud tué durant la bataille et  nommant plusieurs autres pornicais aussi tués et non mentionnés dans cet ouvrage.

 

« Le vingt sept mars, mil sept cent quatre

vingt treize a six heures du matin, la

Municipalité à recû l’avis par le citoyen le

Loüerat de La Milassière en la paroisse du

Clion, que l’ennemy s’avanceroit ; et qu’il étoit

déjà au village de La Forestrie distant de

Pornid d’environ une lieüe et demie ; que de

suite la troupe se dispose et [sera] mize en

bataille pendant une heure et demie ; que ne

voyant point l’ennemy paroitre, on crut que

c’étoit une fausse alerte. La Municipalité

ordonna les Etapes et les gardes furent

doublées, autant que la force le permet.

 

A neuf heures du matin il vint dans l’espace

d’un demi quart d’heure deux [vedetes] qui

annoncerent l’ennemy à un quart de lieüe

disposé en quatre colonnes, voyant quatre

pavillons blancs, l’armée fut disposé en

un bataillon carré a la Place de la Liberté,

et on mit le plus le plus (sic) de troupes que l’on

put sur les postes avancés ou étoient les canons,

à onze heures et demie l’ennemy etant a portée

on a tiré le canon du Calvaire, et de suite

les deux autres ont fait le feu le plus suivi,

la fuzillade s’est de suite engagée, le

Bataillon carré a fait la plus vive rezistance

et a soutenu l’espace de quatre heures, quoique

le feu se faisait apercevoir de toutes parts ;

Ne voyant plus d’espoir, voyant le Dezastre

General, le Bataillon quarré a eté obligé de

battre retraite, et a passé au milieu de

mil a douze cent de ces Brigands, plusieurs

patriotes y ont perdu la vie dans cette

malheureuze affaire particulièrement Olivier Ernaud

Gildas Fourneau, Crepin, Beillevaire, Boury,

Bonfils, Padiolleau, et plusieurs autres des

paroisses voizines, et beaucoup de blessés qui

ont fait payer cher a L’armée des Brigands,

La quatrième attaque de la Ville de Pornid.

 

Renvoyons à annoter ceux qui ont bien

merité de la Patrie, dans les Procès verbaux

détaillés et estimatifs du Brigandage qui s’est

commis dans la ville de Pornid et pour la Dépense.

 

Arrêté a Paimboeuf, ou nous avons été obligés

de nous refugier, après quatre heures de combat.

Le Vingt huit mars mil sept cent quatre vingt

treize, Lan 2e De La Republique françaize.

 

Rocheteau, maire  Dosset off. mple (officier municipal)

Le Pape off. mple     Liger  Greffier

Bonfils     Loquin off. mup. »

Partager cet article

Repost 0

commentaires