Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

8 mars 2014 6 08 /03 /mars /2014 16:45

HAUTE-PERCHE

« Ce cours d’eau, dont la partie inférieure forme le chenal du port de Pornic, est navigable depuis le pont de Haute-Perche, sur le chemin d’Arthon à Chauvé.

A Pornic, la route départementale qui conduit à Machecoul traverse la rivière sur une ancienne chaussée qu’on avait construite pour l’établissement d’un moulin à eau, aujourd’hui supprimé. La

construction de cette chaussée avait en même temps pour objet, d’une part, de maintenir, dans la partie amont, le tirant d’eau nécessaire à la navigation, et d’autre part, d’empêcher les hautes mers d’inonder les marais cultivés qui borde cette partie de rivière à laquelle on a donné la dénomination de canal. Dans l’état actuel, la chaussée ne présente d’ouvertures que pour l’écoulement des eaux. Ces ouvertures sont au nombre de quatre ; ce sont : un pertuis, deux vannes de moulin et un aqueduc ayant ensemble 7 m. 05 de débouché, d’où il résulte que toute communication directe est impossible entre ce qu’on appelle le canal et le port, et qu’il faut transborder de l’un dans l’autre les marchandises qu’on livre à la voie d’eau.

La chaussée n’ayant pas une largeur suffisante pour les besoins de la circulation, et, d’un autre côté, les ouvertures qui y sont pratiquées nécessitant des travaux de reconstruction, on a profité de cette circonstance pour comprendre, dans le projet de ces travaux, ceux d’une écluse à sas destinée à assurer, en tout temps, la communication entre les parties supérieure et inférieure de la rivière, et, au moyen de doubles paires de portes d’ébe et de flot, à maintenir l’eau dans la première partie, pendant les basses-mers, comme à s’opposer à l’introduction des hautes marées. Le projet de cette écluse vient d’être approuvé et va être mis en exécution. La dépense sera supportée par l’Etat, sauf une subvention que doit fournir le syndicat des marais salants qui est intéressé à l’amélioration de la navigation.

Le développement de la partie navigable de la Haute-Perche, en amont de la retenue de Pornic est de 11.000 m.

et la longueur du chenal maritime, en aval, jusqu’au-delà du rocher de la Malouine, de 1.000 m.,

soit ensemble 12.000 m.

La pente que doit racheter l’écluse est de 0 m. 70. Cette écluse, qui sera accolé au quai même de Pornic, sur la rive droite du chenal, aura 4 m. 80 de largeur et 14 m. 70 de longueur utile.

On donnera à l’arche sur laquelle passera la route 2 m. 65 de hauteur, au-dessus de l’étiage d’amont.

Le tirant actuel de la partie fluviale est de 0 m. 90.

La charge des bateaux qui naviguent sur la Haute-Perche, en a mont de la retenue, varie de 4 à 7 tx. Le halage se fait à bras d’hommes.

On a calculé que les frais de transbordement des marchandises qui passent des toues dans les navires, et réciproquement, s’élevaient annuellement à 16.000 f, et que la construction de l’écluse réduirait ces frais de 3.600 f.

La Haute-Perche n’est pas imposée au droit de navigation. Elle ne figure pas non plus au tableau annexé à l’ordonnance du 10 juillet 1835, sur la pêche fluviale.

A l’appui du projet d’écluse, MM. les ingénieurs ont présenté le relevé suivant les marchandises transportées, année moyenne, à la remonte ou à la descente, et qui doivent par conséquent franchir la chaussée de Pornic.

====================================

EXPORTATIONS :

________________________________________

5,500 hectolitres de blé

200 - d’avoine :

150 barriques de pommes de terre. :

250,000 fagots d’échange :

20,000 fagots à feu :

200 stères de bois à feu :

600,000 briques et tuiles

====================================

IMPORTATIONS

_________________________________________

6,000 t d'engrais de Noirmoutiers et

de Bretagne.

2,000 barriques de poudrette.

200 - de noir d'animal.

200 hectolitres de houille.

20,000 kil. de fer.

=====================================

Ramenées à l’unité de poids, ces quantités forment environ 10,000 t environ. »

_______________________________________________

Source : tiré du « Précis historique et statistiques des voies navigables de la France … » par Ernest Grangez – N. Chaix et Cie (Paris) - 1855

Partager cet article

Repost 0

commentaires